Familles : alliances, transmission, reproduction sociale en milieu rural, XVIIIe-XXe siècle |

Comptes rendus de séminaire à partir de 1982

MàJ : 05/08/2015

 

 

 

2013-2014

Familles : alliances, transmission, migrations, rapports à la terre et aux marchés (XVIIIe-XXesiècles)

Gérard Béaur, directeur d'études à l'EHESS, directeur de recherche au CNRS (TH), Rolande Bonnain-Dulon, maître de conférences à l'EHESS, Fabrice Boudjaaba, chargé de recherche au CNRS, Jean-Paul Desaive, maître de conférences à l'EHESS, Joseph Goy, directeur d'études à l'EHESS (*)

Cette année le séminaire a poursuivi ses interrogations sur les relations entre les modes de dévolution des biens en milieu rural et les processus de reproduction familiale et sociale. Deux séances ont été consacrées aux pratiques successorales en systèmes de transmission inégalitaires, L’une par Isabelle Lamotte-Levêque en s’appuyant sur les résultats de sa thèse sur Saint-Léon-sur-L’Isle en Périgord, l’autre par Marc Conesa à partir de ses travaux issus également d’une thèse sur la Cerdagne dans la longue durée.

Toutefois, sans perdre de vue le caractère central des systèmes de partage sur les modalités de reproduction à l’identique des exploitations agricoles et les parcours de vie des individus, le séminaire a concentré son attention sur d’autres éléments qui peuvent éclairer le fonctionnement des familles en milieu rural. Il s’est agi de mettre au jour les liens sociaux perceptibles à travers les relations de témoignage au mariage en se portant sur une commune rurale en voie d’industrialisation : Ivry-sur-Seine (Fabrice Boudjaaba), les effets des crises économiques sur une histoire familiale en Haute-Normandie au XIXe  siècle (Rolande Bonnain-Dulon), les relations de crédit générées par la pauvreté à l’époque moderne en Bourgogne (Jean-Paul Desaive) ou le rôle du travail et du service domestique et particulièrement celui des enfants en prenant l’exemple du canton de Marines au XIXe siècle (F. Boudjaaba et L. Herment).

Le séminaire a aussi porté son regard vers les rapports de genre dans les familles rurales en s’interrogeant sur « Identités rurales au masculin et féminin », en particulier en Belgique (Leen van Molle) ou sur la place des veuves et des femmes seules en évoquant le cas galicien (Ofelia Rey Castelao). Il a accueilli des travaux contemporains de sociologie sur la dissolution des exploitations familiales viales ventes aux enchères (Jacques Rémy) et sur l’impact des choix matrimoniaux et des divorces sur la situation sociale des agriculteurs (Christophe Giraud).

Enfin, trois interventions ont enrichi notre réflexion en abordant de front des questions dotées d’un fort potentiel dans le domaine économique. Tandis que Leen van Molle s’interrogeait de manière conceptuelle sur les fondements de la recherche dans le domaine de la ruralité, Ulrich Pfister analysait en deux temps la disparition d’une économie malthusienne dans l’Allemagne du début XIXe siècle, puis les rapports entre le commerce international à Hambourg au XVIIIe siècle et des phénomènes économiques controversés : la globalisation et la révolution industrieuse.

2012-2013

Familles : alliances, transmission, migrations, rapports à la terre et aux marchés XVIIIe-XXe siècle

Gérard Béaur, directeur d'études à l'EHESS (TH), Rolande Bonnain-Dulon, maître de conférences à l'EHESS (*),Fabrice Boudjaaba, chargé de recherche au CNRS, Jean-Paul Desaive, maître de conférences à l'EHESS (*), Joseph Goy, directeur d'études à l'EHESS (*)

La thématique centrale de ce séminaire qui se tient avec une fréquence bimensuelle est l’histoire de la famille en milieu rural considérée sous le double plan de l’alliance et de la transmission et dans leurs implications économiques et anthropologiques. Il rassemble des chercheurs et étudiants dont les travaux sont consacrés à l’étude de ce champ. Cette année, plusieurs interventions ont porté sur les processus de reproduction sociaux différenciés au sein des familles. L’usage qui peut être fait des généalogies dans cette perspective a été au cœur de plusieurs interventions sur des espaces différents sur le plan des structures géographiques et économiques (principalement aux XVIIIe et XIXe siècles) : les campagnes auvergnates (Jean-Charles guillaume), Noirmoutier (Rolande Bonnain), la Franche-Comté (Nicole Haumont). Le séminaire a aussi élargi, dans une perspective comparative, la question des processus de transmission successorale des exploitations à d’autres espaces et d’autres temporalités en confrontant les expériences de l’Europe moderne à celle de la Martinique coloniale (Vincent Cousseau) où la question des libres de couleurs et des intermariages vient bousculer les principes de l’héritage d’une part, et à celle des exploitants de la France contemporaine qui doivent faire face au divorce d’autre part (Céline Bessière). La place des femmes dans les processus de reproduction familiale a été au centre des séminaires donnés par Ofelia Rey Castelao à propos du système dotal puis du système de transmission dans l’Espagne moderne.

Le séminaire a également proposé une approche plus réflexive et épistémologique sur le fonctionnement des systèmes de parenté et de valeur dans les sociétés rurales préindustrielles, qu’il s’agisse de la présentation de Dionigi Albera sur les tentatives de typologie des systèmes familiaux alpins, ou de celle de Jérôme Luther Viret sur l’articulation entre le droit et les systèmes de valeur familiaux en matière d’héritage.

Enfin, le séminaire a mis l’accent sur la question des conflits et des éléments de perturbation dans le fonctionnement des systèmes familiaux, conflits à l’intérieur de la famille elle-même à travers l’exploitation des archives judiciaires de Herstal au XVIIIe siècle (Jean-Paul Desaive) d’une part, conflits à l’extérieur de la famille d’autre part : Jean-Pierre Bardet a abordé la question de la guerre de Vendée et de ses implications sur le système démographique et familial vendéen tout au long du XIXe siècle ; Peter Moser a analysé les mutations de l’exploitation familiale suisse face au formidable processus de modernisation de l’agriculture au XXe siècle.

 

2011-2012

Familles : alliances, transmission, migrations, rapports à la terre et aux marchés XVIIIe-XXe siècle

Gérard Béaur, directeur d'études à l'EHESS (TH), Rolande Bonnain-Dulon, maître de conférences à l'EHESS (*), Jean-Paul Desaive, maître de conférences à l'EHESS (*), Joseph Goy, directeur d'études à l'EHESS (*)

La thématique centrale de ce séminaire qui se tient avec une fréquence bimensuelle est l’histoire de la famille considérée sous le double plan de l’alliance et de la transmission avec leurs implications économiques et anthropologiques. Il rassemble des chercheurs et étudiants dont les travaux sont consacrés à l’étude ce champ. Cette année, plusieurs interventions ont porté sur les choix qu’effectuaient les familles, en particulier au moment du mariage, du baptême. Ce sont ces décisions : signer ou ne pas signer un contrat de mariage, adopter un prénom, opérer la sélection des parrains et marraines pour les enfants, demander ou non une dispense de consanguinité et pour éviter de proclamer les bans, que Gérard Béaur, Enric Porqueres, Guido Alfani ou Rosa Congost ont analysées en prenant respectivement pour exemple le cas de la région de Chartres au 18e siècle, celui d’une communauté de Majorque, les Xuetes, en examinant de manière comparative la situation européenne ou se portant sur la Catalogne à l’époque moderne. Le séminaire a également apporté des éléments sur le rapport des familles à leur patrimoine avec le cas de Santiago du Chili au 18e siècle présenté par Jean-Paul Zuniga ou encore avec l’étude de l’endettement et du marché de la terre dans le Haut-Ségala quercynois réalisée par Yves Truel dans le cadre de la thèse qu’il va soutenir prochainement. Les phénomènes migratoires ont également retenu notre attention avec l’exposé de Annick Foucrier sur les Français en Amérique du Nord (19e-20e siècles) ou encore avec l’intervention de Niccolo Mignemi, actuellement en fin de thèse, qui a évoqué les conséquences de l’exode intervenu dans les Alpes italiennes à partir d’une enquête des années 1930. Enfin, une dernière série de séances a donné à réfléchir sur les rapports entre le comportement des familles et le milieu rural dans lequel elles s’insèrent, que ce soit par le décryptage des conflits intravillageois dans les Pyrénées centrales au 19e siècle (Rolande Bonnain-Dulon), par l’observation du rôle économique des familles à travers la mise en évidence des liens faibles qui parcourent le tissu social (Guido Alfani), par la recherche des dynamiques sociales telle qu’elle peut être entreprise par l’étude des mariages en Catalogne aux 18e et 19e siècles (Rosa Congost), ou encore en examinant la situation économique d’une zone frontière et de contact : le Haut Saint-Jean (Béatrice Craig).

Articles.

Gérard Béaur, « Au coeur des choix familiaux. Conclure ou ne pas conclure un contrat de mariage dans les régions de partage égalitaire au 18e siècle (Chartres et les campagnes beauceronnes) » Annales de Démographie Historique, 121, 2011/1, p. 99-120, en coll. avec Mathieu Marraud et Béatrice Marin.

Rolande Bonnain-Dulon, "Contrats de mariage et migration des filles au XIXe siècle dans les Pyrénées", Annales de Démographie Historique, 1, 2011, p. 49-68.

2010-2011

Familles : alliances, transmission, migrations, rapports à la terre et aux marchés XVIIIe-XXe siècle

Gérard Béaur, directeur d'études à l'EHESS (TH), Rolande Bonnain-Dulon, maîtresse de conférences à l'EHESS (*), Jean-Paul Desaive, maître de conférences à l'EHESS (*), Joseph Goy, directeur d'études à l'EHESS (*)

Notre séminaire a accueilli cette année deux directeurs d’études invités, Peter Jones (Birmingham) qui a fait le point sur l’écriture de l’histoire du village et Francisco Garcia Gonzalez (Albacète) a traité des formes d’organisation domestique et des stratégies de reproduction sociale ainsi que de l’influence de l’historiographie française sur l’histoire rurale de l’Espagne moderne ; Annick Foucrier (Université Paris-I/Panthéon-Sorbonne) pour une étude de la vie quotidienne des Français en Amérique du Nord au XIXe siècle ; Anne Sourdril (INRA-Ivry) pour une présentation des systèmes de transmission et de contrôle des naissances dans les Pyrénées aux XIXe et XXe siècles ; Laurent Herment (professeur) pour une recherche sur les combats pour la maîtrise des surplus et de l’approvisionnement frumentaires pendant la Révolution française ; Patrice Ricaud-Taste (Université Montpellier-III/Paul-Valéry) pour une étude sur la question foncière en Gascogne sous l’Ancien Régime. Les autres séances ont été données par des membres du Centre de recherches historiques. Rolande Bonnain-Dulon a traité des contrats de mariage et des testaments dans les Pyrénées au XIXe siècle ; Anne Zink a présenté des procès-verbaux de coutumes auvergnates au début du XVIe siècle ; Jean-Paul Desaive s’est penché sur les indices de pauvreté en Pays de Herve au XVIIIe siècle et Philippe Maurice a suivi 750 ans d’implantation familiale en Gévaudan. Enfin, Henriette Asséo a présenté ses recherches sur les Bohémiens en France sous l’Ancien Régime et Enric Porquerès i Gené a montré la difficulté des relations à établir entre l’anthropologie de la parenté et les contextes contemporains.

2009-2010

Histoire sociale et anthropologie historique de l'Europe, XVIIIe-XXe siècle

Gérard Béaur, directeur d'études à l'EHESS (TH), Rolande Bonnain-Dulon, maîtresse de conférences à l'EHESS (*), Bernard Derouet, chargé de recherche au CNRS (décédé le 25 février 2010), Jean-Paul Desaive, maître de conférences à l'EHESS (*), Joseph Goy, directeur d'études à l'EHESS (*)

Notre séminaire a accueilli Cormac O’Grada (Dublin), directeur d’études invité, qui a traité du niveau de vie et de la mortalité en Angleterre de 1300 à 1700, ainsi que de la grande famine irlandaise de 1848 ; Pablo Luna (Université Paris-IV/Sorbonne) pour une étude sur l’État et l’Église dans le monde hispanique (fin XVIIIe- début XIXe) ; Annick Foucrier (Université Paris-I/Panthéon-Sorbonne) pour une analyse de la consommation des Français de la ruée vers l’or en Californie (mi-XIXe siècle) et Enric Porquérès i Gené qui nous a fait pénétrer dans les sources parentales du droit de citoyenneté dans le monde ibérique (XIIe siècle-1812). Plusieurs séances ont porté sur la société méridionale : Anne Sourdril (INRA-Ivry) a traité de territoires et hiérarchies dans une société à maisons du Bas-Comminges ; Jean-Paul Desaive a étudié la gestion d’un patrimoine par une veuve provençale au XVIIe siècle ; Rolande Bonnain-Dulon a analysé les relations entre maison et pouvoir local en Béarn et en Bigorre depuis le XIXe siècle ; Noelle Plack (Birmingham), directrice d’études invitée, a présenté les changements sociaux et les transformations de l’économie rurale saisis à travers les biens communaux dans le Gard entre 1793 et 1819 ainsi qu’une étude sur les paysans et l’histoire environnementale de la Révolution française. Jean-Marc Moriceau (Caen), à partir d’un film tout récent, s’est interrogé sur l’énigme de la bête du Gévaudan, et son caractère éclairant pour l’histoire rurale. Enfin, Claire Châtelain a présenté la parenté et l’ascension sociale chez les grands officiers parisiens (XVIe-XVIIIe siècles), Henriette Asséo a présenté ses travaux sur la famille tzigane et les savoirs policiers entre 1900 et les années 1930 et Tünde Mikes Jani (Gérone) a fait le point sur le fonctionnement et les recherches du réseau RESOPYR sur les sociétés pyrénéennes françaises et espagnoles.

2008-2009

Familles, transmission, rapports à la terre et aux marchés, migrations, transformations économiques XVIIIe-XXe siècle

Gérard Béaur, directeur d'études à l'EHESS (TH), Rolande Bonnain-Dulon, maîtresse de conférences à l'EHESS (*), Bernard Derouet, chargé de recherche au CNRS, Jean-Paul Desaive, maître de conférences à l'EHESS (*), Joseph Goy, directeur d'études à l'EHESS (*)

Notre séminaire collectif a permis à un certain nombre de collègues de s’exprimer, d’abord, sur des problèmes de transmission. Joseph Goy a fait un retour sur l’enquête de 1980-1982 sur la transmission auprès des notaires conduite avec Pierre Lamaison, Jean-Paul Desaive a traité des enjeux sociaux d’une dispense d’affinité au XVIIe siècle, Annie Bleton-Ruget (Université de Bourgogne) a étudié la transmission d’un domaine bressan depuis le XVIIIe siècle, Philippe Maurice a analysé la conscience du lignage dans les familles montagnardes du Gévaudan médiéval, Anne Zink a analysé les rapports entre pouvoirs publics et société dans la rédaction des coutumes, Rolande Bonnain-Dulon nous a fait réfléchir sur biographie et transmission et Paul Servais (Université catholique de Louvain), directeur d’études invité, a traité des veuves liégeoises et de leur rôle au XVIIIe siècle, ainsi que des réseaux familiaux dans les campagnes liégeoises aux XVIIIe et XIXe siècles. Plusieurs exposés ont porté sur les Pyrénées et le Sud-Ouest : Rolande Bonnain-Dulon a présenté les contrats de mariage et les migrations des filles dans les Pyrénées au xixe siècle, Serge Brunet (Université Montpellier-III) a étudié la société pyrénéenne vue par le jésuite Jean Forcaud au XVIIIe siècle, et Frédéric Duhart a fait le point sur sa thèse qui concerne le goût du Sud-Ouest aux XVIIIe-XIXe siècles. Gérard Béaur a traité des biens nationaux et des marchés ordinaires pendant la Révolution française, Laurent Herment a fait part de ses travaux sur l’évolution des niveaux de vie des paysans de Seine-et-Oise dans la première moitié du XIXe siècle et Jean-Pierre Pélissier (INRA) a procédé à une relecture de l’évolution de la population dans l’Yonne. Deux communications ont porté sur l’Amérique : Annick Foucrier (Université Paris-I/Panthéon-Sorbonne) a analysé les testaments et les inventaires après décès des Français en Californie au XIXe siècle, et Jean-Paul Desaive a traité des rapports entre genre, honneur, sexualité et illégitimité en Amérique espagnole coloniale. Enfin, Enric Porqueres i Gené a présenté une analyse du nationalisme basque, Henriette Asséo a précisé le rôle des sources policières dans l’anthropologie historique des Tsiganes, et John Dickinson (Paris-III/Sorbonne nouvelle – Études canadiennes) nous a présenté les nouvelles perspectives sur l’histoire rurale québécoise.

2007-2008

Familles, transmission, rapports à la terre et aux marchés, migrations, transformations économiques, XVIIIe-XXe siècle. Histoire familiale et sociale des systèmes montagnards depuis le Moyen Âge

Gérard Béaur, directeur d'études à l'EHESS (TH), Rolande Bonnain-Dulon, maîtresse de conférences à l'EHESS (*), Bernard Derouet, chargé de recherche au CNRS, Jean-Paul Desaive, maître de conférences à l'EHESS (*), Joseph Goy, directeur d'études à l'EHESS (*)

Notre séminaire collectif a permis d’exposer des résultats de recherches surtout sur le premier thème puisque deux communications seulement ont concerné les systèmes montagnards : Serge Brunet (Montpellier-III) s’est livré à une approche comparée des élites montagnardes et Tunde Mikes (Gérone) a traité de famille et transmission de la terre dans les Pyrénées catalanes orientales. Plusieurs séances ont porté sur les mariages, les successions et les partages : Jean-Paul Desaive (CRH-EHESS) sur le Pays de Liège (XVIe-XVIIIe siècle), Enric Porqueres i Gené (LAIOS-EHESS) sur Majorque au XVIIe siècle, Henriette Asseo (EHESS) sur le système familial et le système historique des Tziganes, Renata Ago (Rome) sur les biens des femmes et les biens meubles à Rome au XVIIe siècle et Frédéric Audren (Amiens) sur une enquête leplaysienne. Deux communications ont porté sur les problèmes de migrations : Annick Foucrier (Paris-I) sur les femmes dans les migrations françaises vers les États-Unis (1800-1930) et Caroline Douki (Paris-VIII) sur les campagnes italiennes et l’émigration à l’étranger (1900-1927). Six communications concernaient majoritairement les questions de rentes, de crédit, de profit ou de professions agricoles : Marie-Lucie Rossi (Reggio-Emilia sur la Casa Spalletti au XIXe siècle ; Pablo Luna (Paris-IV) sur les lumières hispaniques et la réforme de la propriété au XVIIIe siècle ; Laurent Herment (CRH-EHESS) sur le recensement de 1836 et les professions à Marines ; Jean-Michel Chevet (INRA) sur l’évolution de la productivité de la charrue et de l’emploi dans le Bassin parisien au XIXe siècle (deux séances). Enfin, Anne Zink (EHESS) a traité du droit français et de ses domaines au début du XVIe siècle ; Rolande Bonnain-Dulon (CRH-EHESS) de la transmission des modèles culturels de consommation alimentaire ; Marie-Vic Ozouf-Marignier (CRH-EHESS) du rôle du canton dans la première moitié du XIXe siècle et Jean-Pierre Pélissier (INRA) du projet géo nomenclature d’extension de la codification de l’INSEE vers le passé.

2006-2007

Histoire sociale et anthropologie historique de l’Europe, XVIIIe-XXe siècle

Joseph Goy et Gérard Béaur, directeurs d’études, Rolande Bonnain-Dulon et Jean-Paul Desaive, maîtres de conférences, avec Bernard Derouet, chargé de recherche au CNRS

Familles, transmission, migrations, rapports à la terre et aux marchés, transformations économiques, XVIIIe-XXe siècle. Histoire familiale et sociale des systèmes montagnards depuis le Moyen Âge

Ce séminaire collectif nous permet de nous livrer à des présentations de recherches sur nos deux thèmes principaux et sur d’autres thèmes d’un intérêt particulier. Cinq communications concernaient des systèmes montagnards. Bernard Derouet (CRH-CNRS) a traité de l’appropriation foncière, des pratiques familiales et du rapport à l’espace. Alessandro Tortolero (Mexico-Itzapalapa) a présenté la famille et la transmission de la terre au Mexique au XIXe siècle. Laurent Feller (Paris-I) et Florence Weber (ENS) se sont penchés sur le marché de la terre et les liens personnels dans les Abruzzes au Haut Moyen-Âge. Tunde Mikes (Gérone) a traité des familles et de la transmission de la terre dans les Pyrénées catalanes orientales (1600-1760) et Marie-Pierre Arrizabalaga (Cergy-Pontoise) a présenté le destin des femmes célibataires basques au XIXe siècle. Plusieurs communications ont porté sur l’histoire des migrations. John Moran a parlé de ses travaux sur les migrants du Sud-Ouest vers la Nouvelle-France. Nicole Haumont (CNRS) a traité de l’émigration des villageois francs-comtois vers l’Amérique au XIXe siècle. Elena Cuq-Monges a présenté l’émigration barcelonnette au Mexique au XIXe siècle. Annick Foucrier (Paris-I) a fait le bilan des retours des migrants des États-Unis au XIXe siècle et Laurence Fontaine (CRH-CNRS) nous a fait part de ses recherches sur la gestion des appartenances dans les réseaux de marchands migrants en Europe aux XVe-XXe siècles. Six communicants se sont intéressés plus spécifiquement aux problèmes de la propriété et de la transmission. Laurent Herment (professeur de gestion) a étudié le cycle de vie et la transmission du patrimoine à Milly-la-Forêt vers 1850.John Broad (London Metropolitan University) a donné deux conférences sur les femmes et l’héritage dans l’Angleterre des XVIIe-XIXe siècles et sur l’héritage et l’élargissement des propriétés d’une famille aux XVIIe-XVIIIe siècles. Blanca Zeberio (Tandil) a donné deux communications sur le «Libéralisme et droit de propriété en Amérique latine au XIXe siècle », et sur les «Codes et l’héritage dans la Pampa argentine et le sud du Brésil au XIXe siècle ». Philippe Maurice (CRH Histoire et civilisations de l’Europe CNRS) a traité de la transmission du patrimoine des ecclésiastiques en Gévaudan à la fin du Moyen Âge et Rolande Bonnain-Dulon s’est intéressée aux formes de parenté et de transmission à partir d’un exemple méditerranéen contemporain. Jean-Pierre Pélissier (INRA) a analysé le destin des enfants de paysans au XIXe siècle à partir de l’enquête TRA et Enrique Porquerès i Gené(LAS) a étudié les réactions étatiques à l’excès de liberté des mineurs aux XVIe-XVIIIe siècles. Par ailleurs, Jean-Paul Desaive (CRH) s’est interrogé sur le rôle des seigneurs et des paysans dans le commerce du vin en Bourgogne au XVIIIe siècle. John Dickinson (Montréal) a présenté le recrutement sulpicien face aux conflits de nationalités à Montréal au XVIIIe siècle, et Anne Zink (CRH) a analysé la mise au point des formalités dans la rédaction des coutumes aux XVe-XVIe siècles. Enfin, Gérard Béaur (CRH) a fait le bilan de la session d’Amsterdam2006 sur les contrats de mariage (XVIIe-XIXe siècles).

2005-2006

Histoire sociale et anthropologie historique de l’Europe, XVIIIe-XXe siècle

Joseph Goy et Gérard Béaur, directeurs d’études, Rolande Bonnain-Dulon et Jean-Paul Desaive, maîtres de conférences avec Bernard Derouet, chargé de recherche au CNRS

Familles, transmissions, migrations, rapports à la terre et aux marchés, transformations économiques, XVIIIe-XXe siècles. Histoire familiale et sociale des systèmes montagnards depuis le Moyen Âge

Notre séminaire collectif continue à permettre de faire des études comparées sur nos deux thèmes principaux sans se priver d’opportunités concernant des thèmes proches ou nous intéressant particulièrement. Sept communications concernaient des terrains européens ou africains. Rui Santos (Lisbonne) a présenté les modèles malthusiens et les structures sociales dans l’Alentejo (fin XVIIIe-mi XXe) ; Llorenc Ferrer Alos (Barcelone) a traité de la reproduction sociale des « masias » en Catalogne (XVIIe-XIXe) ; Marinella Carosso (Vérone) a fait le point sur les transferts de générations en Sardaigne (XIXe-XXe) ; Enric Porqueres i Gené (LAS) a présenté le mariage Majorque (fin XVIIe-début XVIIIe) et Fatima Iberraken s’est penchée sur une famille maraboutique de la Petite Kabylie. Plusieurs séances ont porté sur des terrains américains. Marie Pierre Arrizabalaga (Cergy-Pontoise) a traité des femmes pyrénéennes et de l’émigration en Amérique du Nord (XIXe-XXe), Hernan Otero (Tandil) a présenté l’intégration des immigrants en Argentine (1858-1930) et Juan-Carlos Garavaglia a fait le point sur familles et réseaux familiaux au Rio de la Plata (XVIIIe-XIXe).

Plusieurs communications avaient pour cadre des régions françaises : Jean-Pierre Pélissier (INRA) a parlé de la notion de pays dans la mobilité au mariage dans l’Orne au XVIIIe ; Gérard Béaur et le GREHC ont traité de la pratique du contrat de mariage à Chartres et dans la campagne environnante au XVIIIe ; Frédéric Duhart, doctorant, a fait part de ses approches et réflexions sur le goût du Sud-Ouest ; Vanessa Manceron (CNRS-Muséum) a fait le point sur les liens et les rivalités dans la Dombes au XXe et Fabrice Boudjaaba a traité du patrimoine des familles entre logiques du marché et contrainte du cycle de vie dans la région de Vernon (1750-1830) ; Rolande Bonnain-Dulon a présenté les migrations et les professions des gens du Sud-Ouest à Paris à la fin du XXe ; Marie-Claude Pingaud nous a fait participer à ses recherches sur les terres morcelées et les parentèles resserrées d’une commune percheronne aux XIXe-XXe et Jean-Paul Desaive a exposé les problèmes de la sédentarité et de la mobilité familiale en Auxerrois au XVIIe. Blandine Vue (Université de Bourgogne) a livré ses réflexions sur la toponymie : sources, méthodes, propositions ; Jean-Michel Chevet (INRA-CRH) a traité de la remise en cause du mythe sur l’Angleterre capitaliste et la France paysanne. Enfin Bernard Derouet (CNRS-CRH) a fait part de ses réflexions sur les mobilités paysannes jusque vers 1950 et Jérôme Bourdieu (INRA-ENS) a présenté ses recherches sur le patrimoine et les migrations à partir de la base TRA-PATRIMOINE.

2004-2005

Histoire sociale et anthropologie historique de l’Europe, XVIIIe-XXe siècle

Joseph Goy et Gérard Béaur, directeurs d’études, Rolande Bonnain-Dulon et Jean-Paul Desaive, maîtres de conférences avec Bernard Derouet, chargé de recherche au CNRS

Familles, transmissions, migrations, rapports à la terre et aux marchés, transformations économiques, XVIIIe-XXe siècles. Histoire familiale et sociale des systèmes montagnards depuis le Moyen Âge

Ce séminaire collectif demeure un endroit privilégié pour procéder à des études comparées portant sur les deux principaux thèmes de cette année. Il permet, tout d’abord, à un certain nombre de nos collègues étrangers de s’y exprimer et de soumettre leurs hypothèses à la discussion collective. La première séance donna l’occasion aux responsables du séminaire de faire le point sur leurs travaux et de prendre connaissance de ceux des nouveaux arrivants. La deuxième séance a consisté à participer à la table ronde organisée par la MSH autour de Lucia Carle sur l’histoire comme facteur de développement économique en Alta Langa (Piémont). Claudia Contente (CERMA) a présenté les principales hypothèses et conclusions de sa thèse sur le rio de la Plata aux XVIIIe-XIXe siècles. Antoni Furio (Valencia) a présenté ses travaux sur la dot, l’hérédité et le marché de la terre dans la société rurale catalane et valencienne aux XIXe-XXe siècles. Constanta Ghitulescu (Bucarest) a montré les jeux et les enjeux du mariage dans la société roumaine du XVIIIe siècle. Sylvie Depatie (Montréal) a présenté ses derniers travaux sur la construction de l’archétype de l’ « habitant » et sur les domestiques agricoles dans la région montréalaise au XVIIIe siècle. Margarida Duraes (Minho) a traité des migrations temporaires dans la succession et l’héritage au Nord-Ouest du Portugal (XVIIIe-XIXe). À ces contributions nouvelles et importantes de ces collègues chercheurs étrangers sont venus s’ajouter les exposés suivants : après leurs soutenances de thèses, Marie Bardet a présenté le notariat royal sous l’Ancien Régime en Haute-Auvergne et Jean-Yves Chauvet a fait le point sur les aînés et les cadets face au partage de la maison rurale en Lorraine aux XVIIIe-XIXe siècles. Georges Augustins (Paris-X) a formulé ses hypothèses sur les hiérarchies sociales au Portugal (XIXe-XXe) et Gérard Delille a fait le bilan de ses recherches sur parenté et politique dans les campagnes et les villes de Méditerranée occidentale (XVe-XVIIIe). De son côté, Annick Foucrier (Paris-XIII) a exposé le problème délicat des successions pour les Français de Californie (XIXe-début XXe), Marie-Pierre Arrizabalaga (Cergy-Pontoise) s’est intéressée aux destins des femmes basques dans les Pyrénées au XIXe siècle alors que Tiphaine Barthélémy (Paris-VII) a présenté ses recherches sur les transmissions patrimoniales et les conflits dans la noblesse rurale bretonne au XVIIIe siècle. Dans le cadre de l’histoire familiale régionale, Jean-Paul Desaive a comparé ascendance vraie et construction d’un mythe familial en Nivernais (XVIe-XVIIIe), Jacques Rémy (INRA) a étudié l’image d’autrui dans une commune de montagne de Tarentaise, Alain Collomp et Bernard Derouet ont examiné plusieurs thèmes de recherche sur la famille et la transmission dans la France méridionale (XVIIIe-XIXe). Trois séminaires, enfin, ont été donnés par Nadine Vivier (Le Mans) sur le cadastre au XIXe siècle, sa conception de la propriété et de l’impôt foncier ; par Marie-Vic Ozouf-Marignier sur Frédéric Le Play, sa conception des « pays » et de l’avenir des campagnes à la fin du XIXe siècle ; et par Anne Zink et Alexandra Laclau sur le nombre et la cartographie des éditions des coutumes du XVe au XVIIIe siècle.

Publications

Joseph Goy

• Avec A-L Head-König, L. Lorenzetti, dir., Marchés, migrations et logiques familiales

dans les espaces français, canadien et suisse, Berne, Peter Lang, 2005, 321 p.

• «Postface », op. cit., p. 314-321.

• « En guise de conclusion », dans Bonnes et mauvaises moeurs dans la société roumaine

d’hier et d’aujourd’hui, sous la dir. de I. Baluta et C. Vintila-Ghitulescu, Bucarest,

New Europe College, 2005, p. 315-325.

• « La naissance du Centre de coopération interuniversitaire franco-québécoise »,

C.C.I.F.Q., 1984-2004. 20 ans d’histoire, Paris, 2004, p. 11-16.

Gérard Béaur

Ses publications figurent après le compte rendu de son propre séminaire.

Rolande Bonnain-Dulon

• Avec A. Brochot, « De l’authenticité des produits alimentaires », Ruralia, 14, 2004,

p. 133-156.

• « Du célibat obligé au célibat valorisé. Relations mères/filles dans les Pyrénées au

XIXe siècle », Revue des lettres et de traduction, 10, 2004, p. 421-431.

• « Art primitif : prix du désir, prix de l’objet », Ethnologie française, XXXV, 3, 2005,

p. 401-409.

• « Les Bigourdans à Paris en 1900. Migrations individuelles ou trajectoires familiales »,

dans Marchés, migrations et logiques familiales…, op. cit., p. 71-87.

2003-2004

Histoire sociale et anthropologie historique de l’Europe, XVIIIe-XXe siècle

Joseph Goy et Gérard Béaur, directeurs d’études, Rolande Bonnain-Dulon et Jean-Paul Desaive, maîtres de conférences avec Bernard Derouet, chargé de recherche au CNRS

Familles, transmissions, migrations, rapports à la terre et aux marchés, transformations économiques, XVIIIe-XXe siècles. Histoire familiale et sociale des systèmes montagnards depuis le Moyen Âge

Notre séminaire continue à être un lieu privilégié pour une comparaison des travaux portant sur nos deux principaux thèmes. La contribution de nos collègues étrangers y est particulièrement importante et appréciée. Rosa Congost (Gérone) a présenté ses recherches sur le système successoral catalan (XVIIIe-XXe siècles) et plus particulièrement sur l’apogée et le déclin de l’«hereu» ou de l'hérédité universelle. Elle a, pour la même période, analysé les régimes dotaux et leur rôle dans le développement économique en Catalogne. Christian Dessureault (Montréal), directeur d'études invité dans le cadre de notre coopération franco-québécoise, nous a fait profiter de ses travaux sur les réseaux de parenté et les structures sociales dans le Québec rural du XIXe siècle, sur le rôle des solidarités familiales, paroissiales et sociales dans les pratiques électorales et sur la production historique québécoise concernant la parenté et la transmission. Dionigi Albera (CNRS, Aix-en-Provence), chargé de conférences, a traité de l'organisation domestique dans la vallée du Piémont, de son enquête «en miroir» des pratiques de transmission sur les deux versants français et italien des Alpes occidentales, et, passant du «micro» au «macro», nous a donné des perspectives comparatives sur l'organisation domestique dans les Alpes et sur l'évolution vers l'unicité successorale dans les Alpes du Sud. Plusieurs séances ont été consacrées à l'analyse de la mobilité et des migrations: Bernard Derouet a traité de migrations et marché du travail au miroir de l'Enquête de 1866; Gérard Béaur s'est interrogé sur la mobilité ou la sédentarité des familles normandes au XIXe siècle; Jacques Rémy (INRA), dans le cadre de ses recherches sur exploitations et migrations, a proposé des figures contemporaines de mobilités à diverses échelles. Annick Foucrier (Paris-XIII) a soulevé quelques questions sur les familles françaises émigrées au prisme de la ruée vers l'or en Californie. Dans le même domaine des déplacements et migrations, Marie-Pierre Arrizabalaga (Cergy-Pontoise) a montré les comportements différenciés au sein des familles basques en matière de migrations masculines et féminines au XIXe siècle; et Rolande Bonnain- Dulon a analysé les réseaux familiaux et les solidarités de voisinage chez les Pyrénéens à Paris au tournant des XIXe-XXe siècles. Enfin, Jean- Claude Farcy (CNRS-Bourgogne) a fait le bilan de ses derniers travaux sur mobilité et sédentarité en Normandie au XIXe siècle. Par ailleurs, Jean-Paul Desaive a présenté ses travaux sur les livres de comptes et de transmission familiale en Bourgogne aux XVIIIe-XIXe siècles ; Antoinette Fauve-Chamoux a analysé les stratégies individuelles et les adaptations intergénérationnelles à Esparros aux XVIIIe et XIXe siècles ; Francine Rolley a exposé ses recherches sur la reproduction familiale et le changement économique en Morvan face à la crise de l'exploitation forestière au XIXe siècle et Lucia Carle nous a initiés à la «casa», à la «cascina» et aux quartiers lignagers en Italie du Nord (Alta Langa) entre le XVIe et le XXe siècles. Enfin, Bernadette Larcher nous a offert une brillante synthèse des principaux résultats de sa thèse sur la foire de Beaucroissant.

Publications

Joseph Goy

• Avec G. Béaur, Ch. Dessureault, dir., Familles, terre, marchés, Rennes, PUR, 2004, 278 p.

• «À propos des migrations dans les régions alpines occidentales (XVIIIe- XIXe siècles) », op. cit., p. 227-234.

• « Rapporto tra mercato delle terra e trasmissione per via ereditaria e dotale», dans II mercato delia terra secc. XIII-XVIII, S. Cavaciocchi (a cura), Prato, Le Monnier, 2004, p. 978-985.

Gerard Béaur

• Avec Ch. Dessureault, J. Goy, dir., op. cit.

• «Le secours de la méthode. Comment les familles transmettaient leurs biens et excluaient leurs enfants dans la France du XIXe siècle», op. cit., p. 121-132.

Les autres publications de Gérard Béaur figurent après le compte rendu de son séminaire.

Rolande Bonnain-Dulon

• «Ouverture au marché, normes focales et tensions familiales», dans op. cit., sous la dir. de G. Béaur, Ch. Dessureault, J. Goy, p. 153-170.

Jean-Paul Desaive

• « L'émancipation des mineurs en Auxerrois aux XVII et XVIIIe siècles ; comment l'interpréter?», dans op. cit., sous la dir. de G. Béaur, Ch. Dessureault, J. Goy, p. 133-142.

• « Seigneurs vendeurs de vin entre Chablis et Tonnerre au XVIIIe siècle», Cahiers d'histoire de la vigne et du vin, la vigne et le vin dans l'histoire. Aspects techniques et sociaux, Actes du 11e colloque de l'Association bourguignonne des sociétés savantes, Beaune, 13-14 octobre 2001, Dijon et Beaune, 2003, p. 119-150.

• « Une enquête du XVIIIe siècle sur les élections dans le ressort du parlement de Paris. Son intérêt pour les pays de l'Yonne», Bulletin de la Société des sciences historiques et naturelles de l'Yonne, t. 134, année 2002, paru en 2003, p. 87-114.

• « Beaucoup de place et peu de traces: les femmes au manoir. Quelques exemples en Bourgogne sous l'ancien régime», Le château au féminin. Actes des rencontres d'archéologie et d'histoire en Périgord les 26, 27 et 28 septembre, textes réunis par Anne-Marie Cocula et Michel Combet, Ausonius Éditions, Scripta varia 8, Bordeaux, 2004, p. 69-81.

2002-2003

Histoire sociale et anthropologie historique de l’Europe, XVIIIe-XXe siècle

Joseph Goy et Gérard Béaur, directeurs d’études, Rolande Bonnain-Dulon et Jean-Paul Desaive, maîtres de conférences avec Bernard Derouet, chargé de recherche au CNRS

Familles, transmissions, migrations, rapports à la terre et aux marchés, transformations économiques, XVIIIe-XXe siècles. Histoire familiale et sociale des systèmes montagnards depuis le Moyen Âge.

Sur ces thèmes qui continuent, notamment, à être privilégiés dans les travaux de notre groupe de recherches, Ses invités étrangers nous ont permis de faire des comparaisons avec sept domaines géographiques différents. Jurgen Schlumbohm (Max-Planck Institut), directeur d'études invité, a présenté les grandes étapes de la recherche allemande sur les sociétés rurales au XXe siècle et les travaux sur maison et famille-souche en Allemagne; John Dickinson (Montréal), directeur d'études invité, a traité de droit et société en Nouvelle-France et au Québec, XVIIIe-XIXe siècles, des conceptions amérindiennes de la propriété et de la territorialité, de la concertation et des conflits chez les familles normandes au XVIIIe siècle et nous a livré ses réflexions sur vingt-cinq ans d'histoire comparée France- Québec. Valérie Laflamme (Québec, Laval) nous a tenus au courant de révolution de ses travaux sur l'hébergement en ville des parents éloignés et Diane Gervais (Montréal) a fait le point sur la crise morale et le déclin de la fécondité au Québec 1930-1970. Marie-Josée Carneiro (Brésil) a traité des transformations de l'usage du sol et des disputes symboliques dans la Mata Atlantica au Brésil, et Margarita Varela Duraes (Minho) a présenté ses recherches sur les lois, coutumes et pratiques successorales à Braga, XVIIe-XIXe siècles. Enfin, deux séances ont été consacrées à la société roumaine : Cristina Codarcea (Bucarest) nous a initiés aux normes successorales et aux pratiques sociales en Valachie au XVIIe siècle et Constanta Ghitulescu à la femme et à sa dot dans la société roumaine au XVIIIe siècle. Aude Argouse (Paris-lll) a analysé des testaments d'indiens au Pérou au XVIIe siècle.

Dans le courant de l'année, huit collègues français ou exerçant en France ont fait le point sur leurs recherches en cours : Philippe Maurice (CIRAD-CRH) sur l'introduction négociée du bâtard dans l'oustau paternel en Gévaudan au Moyen Âge; Anne Zink sur l'identité et l'identification des juifs à Bayonne au XVIIe siècle; Anne Radeff (Paris-XII) sur le phénomène de traversées fréquentes des frontières dans le Jura du XVIIIe siècle; Antoinette Fauve-Chamoux sur la transmission des biens par les femmes dans une perspective comparative du XVIe au XIXe siècles ; Nadine Vivier (Le Mans) sur les vocations religieuses et contraintes successorales et économiques dans le diocèse de Gap au XIXe siècle; Françoise Fortunet (Dijon) sur les regards de l'histoire du droit sur la transmission du patrimoine; Dionigi Albera (CNRS-Aix-en- Provence) sur les effets de frontière sur l'organisation domestique dans les Alpes occidentales; Christophe Jankoviak (Pau) a présenté sa thèse sur le notaire et la transmission successorale du patrimoine en Gascogne gersoise (1785-1805) et James Livesey (Dublin) a traité de culture matérielle, institutions économiques et révolution paysanne en Languedoc (1770-1840). Enfin, Carmen Bernand (Paris-X) et Jean- Marc Moriceau (Caen) ont confronté leurs expériences et ont dialogué sur les revues françaises d'histoire des sociétés rurales.

Publications

Joseph Goy

• Avec C. Dessureauit, J. A. Dickinson, Famille et marché XVIe-XXe siècles, Sillery, Septentrion 2003, 383 p. « Une aide à la transmission des exploitations et au marché ? Les migrations temporaires et définitives dans les Alpes (XVIIIE-XXE siècles) », op. cit., p. 275-284.

• « Effets et limites de l'essor de l’agriculture nouvelle », trad. grecque, G. Béaur, Athènes, Giorgios Dardanos, 2003, 366 p.

Gérard Béaur

• « Familles, argent et marchés », dans C. Dessureault, J. A. Dickinson et J. Goy, op. cit., p. 19-32.

Les autres publications de G. Béaur figurent après le compte-rendu de son séminaire.

Rolande Bonnain

• « Des affaires de famille ? Les comportements migratoires pyrénéens au 19e siècle », dans C. Dessureault..., op. cit., p. 199-215.

• « La soupe, c'est tendance. Avatars d'un très ancien plat », Revue des lettres et de traduction, 9, 2003, p. 337-348.

Jean-Paul Desaive

• « Les vendeurs de grains au marché d'Auxerre : vers un essai de typologie (1766-1779)», dans C. Dessureault..., op. cit., p. 63-75.

 

 

EHESS
CNRS

flux rss  Actualités

Deux projets franco-allemands lauréats de l’ANR DFG

Échos de la recherche -L’Agence nationale de la recherche et la Deutsche Forschungsgemeinschaft ont publié la liste des projets lauréats pour l’édition 2016 de l’appel à projets franco-allemand en sciences humaines et sociales. Parmi les 13 projets financés, 2 projets sont coordonnés par l’EHESS.Rachida Chih Faulks (CETOBAC - UMR 8032) et  Prof. Dr. Stefan Reichmuth (Ruhr-universität Bochum) réaliseront avec leurs équipes le projet intitulé La Présence du Prophète : Muhammad au miroir de sa(...)

- Lire la suite

Joseph Wulf : un historien juif polonais en RFA. Savoir du témoin, engagement de l’historien, écriture de l’histoire

Journée(s) d'étude - Vendredi 16 février 2018 - 09:00Survivant de la Shoah en Pologne, Joseph Wulf (1912-1974) est l'un de ces premiers historiens de la Catastrophe dont l’œuvre demeure trop méconnue.  Après avoir été membre de la Commission historique juive de Cracovie (1944-47), il émigra à Paris puis s’installa en RFA en 1952, où il vécut jusqu’à son suicide en 1974. À travers la publication d’anthologies de documents, il tenta de confronter la société ouest-allemande aux crimes perpétrés(...)

- Lire la suite

Les « archives juives », miroir du rapport des Juifs à l’Etat et à la Nation

Journée(s) d'étude - Mardi 19 juin 2018 - 09:15Dans le cadre de la thématique générale « Universalités et particularités en monde Juif » du programme « Judaïsmes Contemporains » du GSRL, nous souhaitons étudier les processus de constitution d’« archives juives » comme miroir du rapport des Juifs à l’Etat et à la Nation.Au cours des 19e et 20e siècles, la construction des Etats-nations modernes a accordé aux Juifs une place spécifique… ou pas ! S’ils ont été considérés en Europe, parfois comm(...)

- Lire la suite

ERHIMOR

EHESS-CRH

54 boulevard Raspail
75006 Paris


Tél. : +33 (0)1 49 54 24 42
ou : +33 (0)1 49 54 25 74
Fax : +33(0)1 49 54 23 99

Dernière modification :
18/04/2018